Ruptures comportementales et réduction de la demande énergétique : Combinaison du modèle énergétique NATEM et d’une ACV conséquentielle

 

Marianne Pedinotti-Castelle (Étudiante au doctorat, Génie civil et génie du bâtiment, USherbrooke)

Direction: Ben Amor

Co-direction: Pierre-Olivier Pineau

Problématique

Le point de départ de ce projet est le constat que les politiques actuelles de lutte contre les changements climatiques échouent à mettre le Canada sur une trajectoire compatible avec l’atteinte de ses cibles (dont l’objectif principal est de limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici 2100). Les mesures envisagées aujourd’hui ne répondent pas à l’urgence de la situation : les solutions technologiques envisagées sont insuffisantes, ou trop chères, pour mener une transition énergétique en temps et en heure.

Par ailleurs, les changements dans les comportements humains sont extrêmement peu intégrés dans les politiques du pays, alors qu’ils permettraient par exemple de réduire le coût de la transition. Ce projet part donc du principe que des changements de comportements rapides et conséquents (ruptures comportementales) seront nécessaires à la transition énergétique, pour ramener les styles de vie des humains en équilibre avec les cycles écologiques naturels, notamment celui du carbone.

Objectif

Ce projet vise à analyser des ruptures comportementales à plusieurs niveaux. Pour cela, l’objectif principal de ce projet est de développer un modèle à la fois économique et environnemental qui permettra de modéliser les conséquences de plusieurs scénarios de ruptures comportementales.  

Méthodologie

Étape 1 : Définition de scénarios et modélisation énergétique avec le modèle NATEM

Afin de modéliser leurs conséquences, des scénarios de ruptures comportementales sont développés et modélisés dans le modèle énergétique NATEM (North American TIMES Energy Model). NATEM est un modèle économique d’équilibre partiel de type « bottom-up ». Ces scénarios, à la fois qualitatifs et quantitatifs, sont obtenus grâce à une analyse prévisionnelle de la demande énergétique du Québec par secteur (logement, transport, etc.). Les scénarios de rupture établis sont ensuite exprimés comme différents paramètres à optimiser dans le modèle NATEM (rupture dans la demande, rupture dans les stocks de véhicules ou de logements, etc.). L’objectif de cette étape est d’identifier les conséquences de facteurs comportementaux sur le marché de l’énergie québécois, à l’horizon 2050.

Étape 2 : Liaison des résultats énergétiques à une analyse de cycle de vie conséquentielle

Dans cette étape, les résultats des scénarios modélisés avec NATEM seront intégrés dans un modèle d’analyse de cycle de vie, afin de modéliser leurs conséquences environnementales. L’ACV sera dite conséquentielle car elle aura pour but d’analyser les bénéfices environnementaux de changements de comportements, en comparant le scénario de référence avec les autres scénarios modélisés.

 

Étape 3 : Analyse des incertitudes

Cet objectif aura pour but de tester l’incertitude et la robustesse des résultats obtenus par les étapes précédentes, en procédant à une analyse des incertitudes à travers les deux modèles utilisés.

Applications

Ce projet explore la possibilité d’une décarbonisation totale de la société au Québec, tout en essayant de minimiser le coût de la transition. Ce projet a pour but de mettre en place des scénarios plausibles de réduction de la demande énergétique, et vise à quantifier à quel point les changements dans les comportements humains peuvent avoir un impact sur la transition énergétique d’une région.

Partenaire industriel

ESMIA